Friday, June 20, 2014

Thoughts of the Day #19/2014: Jean-Luc Marion (14)

Jean-Luc Marion (*1942 - )
(copyright owners of this picture, please read the p.s. at the bottom thanks!)



" Penser passivement en tant que chair a un sens précis, et désigne le privilège de la pensée de l'ego pensif: il ne peut sentir ce qu'il ressent; et donc, puisqu'il ne peut ressentir qu'en se sentant sentir ce qu'il ressent, il ne peut rien sentir sans se sentir lui-même. 

Dès lors, exactement au contraire de l'imagination centrifuge et unilatérale qui se bornait par définition à constituer activement l'objet dans l'étendue sans aucune épreuve en retour de soi pensant, le sentir centripède et réciproque ne peut rien sentir, sinon en se sentant d'abord et simultanément lui-même, donc ne peut jamais rien penser passivement sans penser seulement qu'il pense en le recevant, mais qu'il se pense en s'y recevant.

Ainsi son seulement le mode pensée du sentir n'interdit-il pas (comme l'imagination) la certitude du cogito, non seulement permet-il de l'accomplir par un redoublement de  pensée (doute doutant de soi, entendement de soi, volonté de soi), mais il implique intrinsèquement par sa détermination la plus essentielle, celle de penser passivement, c'est-à-dire de penser en devant s'offrir à l'affection, donc en subissant, d'une passivité qui se sent qu'en se ressentant. 

Je sens, donc je me sens me sentant, donc je suis et j'existe. D'où ce premier résultat: tout sentir implique un ego [cogito] sum."

- Jean-Luc Marion, Sur la pensée passive de Descartes (2013)